LE DIAMANT

Voici celui qui nous fait tant rêver… Le diamant est sans conteste la pierre la plus convoitée et la plus connue de toutes les pierres précieuses.
Constitué uniquement de Carbone, le diamant est la pierre qui possède la plus simple des compositions chimiques. Toutes les autres gemmes sont des composés.


CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES

Le diamant est le plus dur de tous les matériaux naturels actuellement connu !
D’une dureté de10 sur l’échelle de Mohs, il est 140 fois plus dur que le saphir et le rubis (corindons) dont la dureté est de 9.
Attention ! La dureté signifie que cette matière ne peut se rayer qu’au contact d’un autre diamant. Il ne faut pas confondre dureté et fragilité car un diamant peu se révéler extrêmement fragile. Une inclusion mal positionnée peu déclencher le décollement d’un plan de clivage et tout choc peu être fatal…

Inaltérable, c'est-à-dire sensible à aucune substance, il brûle uniquement à des températures vraiment très élevées.

L’éclat du diamant est très vif, on parle d’un éclat « adamantin ».
Son indice de dispersion très élevé lui confère un Feu extrêmement vif.

Le coefficient de dispersion est donné par la différence entre l’indice de réfraction du violet et l’indice de réfraction du rouge.
En effet, lorsqu’un rayon de lumière blanche traverse un cristal (monoréfringent), il est décomposé en couleurs spectrales et donne un éventail allant du rouge au violet : C est le phénomène de dispersion.
Les gemmes dont l’indice de réfraction est élevé ont en général une forte dispersion qui produit un splendide jeu de couleurs que l’on appelle « feux ».

Le diamant ayant une structure cristalline « Cubique », il est monoréfringent : Chaque rayon de lumière qui le traverse n’est pas dévié et ressort en un seul rayon contrairement aux gemmes biréfringentes.


COMMENT DÉTERMINER LA VALEUR D’UN DIAMANT ?

Les différents facteurs qui déterminent la valeur d’un diamant sont symbolisés par les « 4C »:

  • Clarity (pureté)
  • Cut (taille)
  • Carat (poids)
  • Color (couleur)

  • La couleur :


Les diamants existent dans toutes les couleurs. Les diamants franchement colorés sont très rares. Il en existe des rouges, des verts, des bleus, des roses, des jaunes…
Ces couleurs très prononcées sont appelées « Fancy Colors » (couleurs fantaisies).
Mais les diamants les plus utilisés en bijouterie joaillerie sont les diamants peu colorés, dits de la gamme dans blancs.


Ils sont classés selon une échelle des couleurs :


CODECOULEURS
DBlanc exceptionnel +
EBlanc exceptionnel
FBlanc extra +
GBlanc extra
HBlanc
I et JBlanc nuancé
K et LLégèrement teinté
M à ZCouleur teintée

  • La pureté :


La pureté est relative, car il faut savoir que les diamants purs dans l’absolu sont extrêmement rares. Presque toutes les pierres contiennent d’infimes inclusions ou particularités de cristallisation. La plupart du temps elles ne sont pas discernables à l’œil nu mais à la loupe.
Pour un œil exercé, ces inclusions sont en quelque sorte l’empreinte de la nature, ce qui fait que chaque pierre est unique.
Moins un diamant comporte d’inclusions, plus il est rare et cher.

Lors d’une estimation, la position d’une inclusion est très importante, car une pierre comportant une inclusion au beau milieu de la table à une valeur bien moindre qu’une autre où le même défaut est situé aux environs de la ceinture où une monture adaptée pourra le cacher.

Echelle de pureté :


FlawlessF(Pur) Absence de défauts internes et externes avec un grossissement
x10
Internally FlawlessIFAbsence de défauts avec un grossissement x10
Very very small inclusions

VVS 1

VVS 2

Une ou quelques très très petites inclusions difficiles à déceler avec un agrandissement x 10
Very small inclusions

VS 1

VS 2

Une très petite inclusion ou bien quelques minuscules inclusions décelables par un expert avec un agrandissement x 10
Small inclusions

SI 1

SI 2

Un certain nombre d’inclusions petites mais décelables facilement avec un grossissement x 10
Piqué 1P1

Inclusions que l’on décèle immédiatement avec un agrandissement x 10 mais qui ne diminuent pas d’une manière 

appréciable l’éclat du diamant.

Piqué 2P2Inclusions plus grandes ou plus nombreuses, visibles à l’œil nu, qui diminuent légèrement l’éclat de la pierre
Piqué 3P3Inclusions grandes et/ou nombreuses, visibles à l’œil nu même à une certaine distance et qui altèrent l’éclat de la pierre.

 

  • Le poids :


L’unité de poids de toutes les pierres est le Carat.
1 carat correspond à 0,2g.
Il ne faut pas confondre cette unité de poids avec les carats des alliages d’or ou d’argent qui indiquent le « titre », c'est-à-dire la quantité d’or fin contenue dans ces alliages.
Le mot carat vient du mots « caroubier » car les graines de caroube font toutes le même poids : 0,2g ! Ces graines servaient à l’époque d’unité de mesure.

  • La taille :


Les propriétés optiques des gemmes sont mises en valeur par la taille.
Plus la taille est réalisée avec précision et respecte les proportions idéales, plus la pierre acquière de la valeur.
Le passage d’une pierre brute à un pierre taillée provoque forcement une perte de poids qui doit être minimum.
Les lapidaires doivent suivent des étapes précises qui sont propres à chaque type de pierre.
La taille qui met le plus en valeur le diamant est la « taille brillant » avec ses 57 facettes (58 si le diamant possède une « colette »).
Apres de très nombreuses tentatives destinées à renforcer l’effet optique, ce n’est qu’en 1910 que la taille brillant dite « moderne » fut mise au point à partir de la taille ancienne dite « taille pleine » du siècle précédent.


QUELLES SONT LES MINES DE DIAMANTS LES PLUS PRISÉES DANS LE MONDE ?

Le brésil est le pays qui possède le plus de mines.
Les mines découvertes autrefois dans les régions de l’Oural et ailleurs en Russie semblent aujourd’hui épuisées.

LES AUTRES PROVENANCES :

Australie
Birmanie
Chine
Etats-Unis
Namibie
Russie
Tanzanie
Zimbabwé
Inde
Kenya
Madagascar
Mozambique
Nigeria
Sri-lanka
Zambie
Afrique du sud
Botswana

LES PERLES

QU’EST CE QU’UNE PERLE ?

La perle est en fait un système naturel de défense que certains mollusques ont réussi à développer contre l’agression d’un corps étranger.
En effet, afin de neutraliser un élément externe s’aventurant dans leur espace corporel, les mollusques enrobent autour de ceux-ci, plusieurs couches de nacre.
Le plus souvent il s’agit d’une particule alimentaire ou d’un petit animal égaré dans la cavité palléale et que l’huître ne peut expulser.

COMMENT SE FORME T’ELLE ?

La première étape est l’intrusion, naturelle ou non, d’un corps étranger dans le corps de l’huître (cavité palléale).
Dans le cas d’une greffe (comme pour les perles de culture), un intrus est placé par l’homme dans la poche gonadique ; la glande qui produit les cellules sexuelles.
Cet intrus est appelé nucléon ou nucléus. Il s’agit d’un noyau composé de morceaux de coquille (donc de nacre).

La création de la perle résulte ensuite d’une formation programmée.
L’intrus est alors enrobé d’une succession de couches concentriques sécrétées par certaines cellules de l’épithélium, mince couche de cellules du manteau qui enveloppe le corps de l’huître.
La première couche est une fine membrane de matière organique ; suit une couche prismatique calcitique et enfin, une couche de nacre perlière, aragonitique.
Toute perturbation de cette séquence produit des défauts qui sont souvent corrigés naturellement au cours de la formation de la perle.
La qualité et la température de l’eau, la santé de l’huître et la quantité de plancton disponible jouent un rôle important lors de la formation de la perle.

Une huître forme huit à dix couches de nacre par jour mais il faudra deux à quatre années pour obtenir une perle de belle taille car chaque couche est d’une épaisseur de l’ordre du micron.

QUELS SONT LES DIFFÉRENTS CRITÈRES D’ÉVALUATION DES PERLES ?

Les perles se différentient les unes des autres selon plusieurs critères qui les rendent toutes uniques :

  • La couleur:

La couleur d’une perle dépend de l’espèce qui la produit.
Elle dépend également des éléments nutritifs dont dispose l’animal et, pour les perles de culture, du fragment de manteau inséré dans son corps.

L’huître fabrique différents pigments naturels ou les stocke à partir de sa nourriture et certains composants dissous dans l’eau qui la baigne.
Ces pigments sont contenus dans la couche organique de la nacre.

Les couleurs des perles couvrent une palette extrêmement variée et riche en nuances :
Blanc, noir, rose, crème, jaune, vert, bleu, marron…

  • La forme:

Rondes, demie rondes, poires, en goutte, baroques, ou cerclées…
Les perles peuvent se présenter sous différentes formes diverses et variées.
Les perles les plus rares sont les plus sphériques, car il est très difficile d’obtenir des perles parfaitement rondes.
La forme de la perle dépend de sa position dans l huître au moment de sa formation.

  • Le lustre:

Le lustre est la capacité de la perle à refléter la lumière et les différents objets qui l’entourent.
Il dépend de la qualité de la surface.

  • L’orient:

L’orient est la capacité de la perle à décomposer la lumière en reflets irisés multicolores.
Plus la couche de nacre est épaisse, plus l’orient est beau.

La taille est également un critère à prendre en compte lors de l’évaluation d’une perle.
Elle varie selon la taille de l’intrus et selon le temps qu’aura passé celui-ci dans l’huître.
La surface d’une perle présente toujours des imperfections plus ou moins importantes, due à son origine.
Chaque perle est ainsi unique, marquée par SON histoire.

QUELS SONT LES DIFFÉRENTS TYPES DE PERLES LES PLUS UTILISÉS EN JOAILLERIE ?

  • Les perles d’eau douce:

Les perles d’eau douce constituent une part du marché très importante car se sont les perles les moins onéreuses.
Elles sont généralement de forme ovalisée ou baroque, et souvent teintées.
Une moule d’eau douce peut produire jusqu'à 50 perles dans une même coquille !
Contrairement aux autres types de perles, les perles d’eau douce ne sont constituées que de nacre car lors de l’enrobage du nucléon, celui-ci est peu à peu désagrégé.
Elles sont donc très résistantes, mais leur qualité n’égale en rien les perles d’Akoya.
Origines : Chine (premier producteur), Japon et Etats Unis.

  • Les perles d’Akoya:


Leur forme parfaitement ronde, leur lustre lumineux incroyable, leurs orients et leurs couleurs font des perles d’Akoya, les perles les plus célèbres.
Elles peuvent êtres naturellement blanches avec des reflets gris, ou rosés, crème ou champagne, argenté ou même vert.
A la différence des perles d’eau douce, elles sont cultivées en eau de mer.
L’huître Akoya étant le plus petit mollusque producteur de perles, celles-ci tendent à être plus petites.
Il est très rare qu’une huître Akoya produise plus de deux perles par récoltes.
Origines : Japon (premier producteur), Chine, Vietnam, Thaïlande.

  • Les perles de Tahiti:


Seules les perles des mers du Sud peuvent rivalisées avec les perles de Tahiti en dimension.
Elles sont considérées comme les plus grandes perles du monde. (Diamètre moyen : 9à 14mm)
Leur plus grande richesse réside incontestablement dans leur variété de teintes et de nuances si étonnante ; foncés ou claires, noires, grises pales, dorées, aubergines, vert paon…..
Mais pas seulement…
La nacre des perles de Tahiti est beaucoup plus épaisse que celle des perles d’eau douce ou d’Akoya. Seule une épaisseur de 0,8mm minimum est autorisée pour la commercialisation.
Elle sont très prisées en Joaillerie et sont onéreuses suivant leur qualité.
Les huîtres tahitiennes sont les seules à produirent des perles naturellement « noires ».
Les perles d’eau douce ou d’Akoya de teintes foncées sont teintées par irradiation.
Les perles de Tahiti ne sont cultivées qu’en Polynésie française, aux îles de Cook et aux îles micronésiennes. D’autres régions ayant un climat identique ont essayé sans succès de développer cette culture.

  • Les perles des mers du Sud ou perles "GOLD":


Les perles des mers du sud sont rares et donc très chères.
En effet, la zone de production est très limitée, les eaux sont agitées et le temps nécessaire aux mollusques pour produire les perles est long.
Leur diamètre varie entre 8 et 20 mm avec une moyenne de 13mm.
Lustre hors du commun, surface satinée, tailles importantes et couleurs naturelles rares…..
Blanches, crème, argentées, miels, Or … !
Elles sont estimées par les professionnels comme les plus belles du monde.